Espace Ravi Prasad-Toulouse  
accueil
espanol
english
 
ateliers
stages
concerts
presentation
artistes  
textes  
 
liens
contact
blog
 
 
Voix humaine et chant sacré
Voix humaine et chant sacré
 

Texte de Ravi Prasad

 

Extrait de la revue Pratiques Corporelles, Septembre 1995
Et le Hors série de Nouvelles Clés, Juillet 1996
 

En tant que chanteur, je bénéficie de l'expérience directe résultant de ma pratique. J'en viendrai donc plus naturellement à décrire ce qui peut l'être: l'aspect philosophique du travail de la voix, et son rapport sensible avec le corps. Un travail au sens large du terme, dans tout ce qu'il comprend d'humain et de quotidien; un travail où les techniques, les vocalises sont considérées comme des outils vibratoires servant à nettoyer l'organisme.

 

Le premier instrument: le corps

Dès le premier son, l'homme se retrouve véritablement face à lui-même, l'instrument dont il joue étant constitué des tissus de son propre corps et du parchemin de son âme.

Alors s'accorder, d'accord, mais par où commencer? Et comment maintenir ensuite l'équilibre au sein d'un système par nature en perpétuel mouvement? C'est à cet endroit précis que le chanteur fait un pas décisif en direction du Chant Sacré.

Il est indispensable que les valeurs de l'esprit soient sainement dirigées et assimilées avant de pouvoir les incarner dans une mélodie ou dans des mots. La relation entre le corps et l'esprit, entre la "Terre" et le "Ciel" doit pour cela être limpide.

Les énergies de la "Terre" et du "Ciel" au sein de l'organisme sont une réalité concrète pour celui qui a réappris à se sensibiliser à leur existence. Mais à un niveau d'entendement supérieur, elles ont un sens plus vaste encore: elles sont la manifestation du rapport existant entre l'Essence Divine de l'Homme et la matérialisation de son pouvoir créatif, le corps humain.

 

La source de l'être

Le chant et la parole dans toute leur grandeur sont le canal par lequel l'Etre Divin que nous sommes en vérité peut s'exprimer et communiquer. Le travail sur la voix nous conduit en quelque sorte à en remonter le cours jusqu'à la source: Soi.

Dans un premier temps, ce travail consiste à pratiquer régulièrement quelques techniques fondamentales qui, telles des clefs, permettent de déverrouiller progressivement les tensions internes. Ces techniques concernent de façon très précise le placement de la respiration et de la voix. Au-delà de l'évidente nécessité d'inspirer et d'expirer au moins une fois de temps en temps, il est capital d'insister sur la qualité de ces mouvements. La respiration étant le premier mouvement naturel dans le corps, l'urgence réside avant tout dans le fait de retrouver cette fluidité et cette souplesse spontanée afin d'améliorer la circulation du souffle. L'énergie libérée baigne alors chacune des cellules et pourvoit à l'épuration et à l'alimentation effective de celles-ci.

 

Le corps neutre est tonique

Par ailleurs, le fait d'avoir conscience de sa respiration tend à neutraliser l'organisme; cela rééquilibre l'électrochimie moléculaire et permet de désamorcer les tensions internes. Plus le corps est neutre, plus il devient tonique, et lorsque cesse la lutte, faute d'adversaire puisque les tensions ont disparu, il devient possible pour chacun d'entre nous de canaliser directement et intégralement l'énergie vers le but à atteindre, quel qu'il soit.

Il est nécessaire pour cela de pratiquer une respiration abdominale qui stimule l'énergie de base et recentrera le métabolisme par rapport à la "Terre". Si la "Terre" symbolise le caractère maternel de l'Etre Humain, à savoir son corps, elle correspond aussi à une réalité physique située à la racine de la colonne vertébrale, et c'est en s'éveillant que la Kundalini (puisque c'est le terme employé dans la tradition indienne) pourra redistribuer cette énergie prodigieuse en fonction des besoins.

Il est également capital de porter une attention particulière à la notion de verticalité. Cet aspect du travail corporel est essentiel pour le placement de la voix. Il s'agit de canaliser l'expiration et le chant du haut vers le bas, et de ressentir la force d'attraction émanant du "Ciel Intérieur", comme si le corps était suspendu par un fil, en un point situé au sommet du crâne.

La recherche de cette verticalité a pour but de relier le "Ciel" et la "Terre" en nous. C'est d'ailleurs une démarche que l'on retrouve dans certains arts martiaux pour tout ce qui a trait à l'assise, ainsi que dans la pratique originale des derviches tourneurs.

 

Relier le "ciel et la terre"

Tout en ayant conscience de l'axe Terre/Ciel, le chanteur appuie sa voix, et donc sa respiration (ou colonne d'air) sur le centre de la région abdominale. Le chant peut alors s'enraciner profondément, à l'image du lotus tirant ses forces de la vase, et dont la tige unique et verticale (la colonne vertébrale) s'élève souplement parmi les eaux (flexibilité, élasticité) avant de s'épanouir à la lumière et de répandre son parfum dans l'espace.

La dynamique imprimée du haut vers le bas lors de l'expiration se transforme en un élan circulaire sous l'influence de la force de gravitation interne. Le corps retrouve petit à petit ses automatismes et entretient de lui-même le rapport entre la verticalité et l'horizontalité; c'est le souffle qui stimule la puissance créatrice de la "Terre Inférieure" afin qu'elle puisse s'exprimer horizontalement dans le monde de la matière.

Le fait de prendre conscience de l'axe existant entre le haut et le bas permet aussi de cultiver la sensation d'être suspendu, comme l'est un pendule au bout de son fil. L'effet immédiat est de rendre au corps sa disponibilité, sa souplesse naturelle. La respiration abdominale quant à elle maintient l'équilibre gravitationnel du système à la manière de ce même pendule retrouvant invariablement sa position d'origine.

 

La stabilité mobile

La qualité de la voix et la capacité du chanteur pour s'exprimer dépendent donc en grande partie de ces deux paramètres: la stabilité acquise par le biais de la respiration et la liberté résultant d'un état de suspension verticale.

Si l'on élargit le champ de réflexion, on peut se rendre compte à quel point la recherche de cette "stabilité mobile" est importante. Pas seulement en ce qui concerne le chant, mais pour tous les domaines de la vie.

Depuis sa naissance sur Terre, l'Etre Humain est soumis à toutes sortes d'influences, en particulier à celle de la gravitation. Sa perception de la verticalité change à chaque instant du fait que la planète tourne sur son axe tout en tournant autour du soleil, qui lui-même tourne, etc. C'est en cela que la sensation de suspension nous permet de garder l'équilibre dans un univers en perpétuelle évolution.

 

La voix

La respiration est le premier élément permettant d'entamer le voyage dans les profondeurs de notre Etre. L'élément suivant, c'est la Voix.

La voix n'est pas seulement cet instrument que l'on cherche à ajuster, elle est aussi et surtout l'outil qui va nous aider à retrouver une certaine unité. Le son offre en effet une merveilleuse capacité d'exploration grâce aux vibrations qu'il propage dans tout le corps. Ces vibrations ont de plus la faculté de transformer les obstacles qu'elles rencontrent.

 

Le mouvement vibratoire

Sous l'action de l'onde sonore, la totalité des cellules de l'organisme entrent en relation les unes avec les autres, et ce d'autant plus que le travail respiratoire aura développé leur mobilité naturelle. Cela amplifie en quelque sorte notre sensibilité et permet de localiser les tensions internes. La dynamique du mouvement vibratoire agit directement au niveau de ces tensions pour transformer et résoudre les dysfonctionnements éventuels. Une note est issue de la combinaison de la voix proprement dite et du "moule" à l'intérieur duquel elle se propage: le corps. Il suffit donc au chanteur de modifier la forme de ce "moule" en mobilisant certains éléments de son anatomie en fonction du son qu'il désire obtenir. Par son écoute intérieure, il peut ainsi intervenir directement et rétablir l'harmonie de son Etre en jouant sur les relations qui se créent au sein du chant entre les différents intervalles.

 

Le moule cellulaire

Dans la musique indienne, il existe sept syllabes de base correspondant à sept notes : Sa, Ri, Ga, Ma, Pa, Dha, Ni. Ces onomatopées à partir desquelles se construisent les gammes (Rag ou Raga) sont issues du Sanskrit, et en ont gardé le sens Sacré. Grâce à l'articulation et la recherche de leur placement naturel, l'association de ces syllabes et d'une gamme permet de faire circuler plus aisément le son dans le corps. Nous acquérons de cette façon une réelle connaissance de nous-même, et cela incite à avancer d'un pas mieux assuré sur le chemin de la créativité.

Le "moule cellulaire" joue un rôle fondamental pour l'expression de cette créativité.

Ce "moule" est à la fois fixe et mobile. Stable dans le sens où tout le corps dans son entier vibre lorsqu'un son le parcourt, mobile aussi puisque les éléments qui le constituent ont une relative liberté de mouvement les uns par rapport aux autres; mouvements déterminés et déterminants dont dépendra la richesse du mode d'expression, parlé ou chanté, l'accentuation, les modulations, l'articulation, et d'une certaine manière, les sentiments. La mobilisation des cellules du corps garantit une bonne circulation de l'énergie, mais en plus de cela, elle génère naturellement toutes sortes de sensations dans l'organisme. C'est de la somme de ces sensations que naît un sentiment, et c'est l'expression de ce même sentiment qui peut être communiquée concrètement à travers le chant et lui donner vie.

 

Les neuf sentiments élémentaires

La tradition indienne recense neuf sentiments élémentaires reprenant l'ensemble des possibles. Ce sont l'amour, l'héroïsme, la compassion, l'émerveillement, le rire, la crainte, la colère, la terreur et la paix. Ils représentent la manifestation de ce que l'on ressent au fond de soi-même à un instant donné, et non pas l'émotion éprouvée sous l'impact d'un fait extérieur. C'est en ce sens qu'ils portent et nourrissent le chant alors que les préoccupations émotionnelles du moment tendent plutôt à l'alourdir. Pour ce faire, l'interprète doit se trouver dans un état de réelle neutralité. Si ce n'était pas le cas, il resterait sous la dépendance des émotions et les sentiments de son être profond ne pourraient par conséquent jaillir d'instant en instant telle une fontaine déversant continuellement sa mélodie dans l'espace.

Qu'il soit question de la parole ou du chant, la voix évolue selon un mode de fonctionnement naturel où le corps et l'Esprit, les sentiments, les émotions et la respiration ont chacun un rôle à jouer.

Émettre un son, déjà, c'est le ressentir en soi. L'asseoir dans son corps avant qu'il ne se déploie de lui-même dans l'air et y rencontre l'oreille des éléments extérieurs. L'onde s'enrichit durant son parcours avant d'être captée à nouveau par l'écoute du chanteur. Elle entre alors en relation avec le sentiment intérieur, c'est l'éclosion d'une émotion.

 

Le chant sacré

L'art du chant, l'art de vivre aussi, dépend très étroitement de notre capacité à faire évoluer cette émotion nouvelle afin d'en colorer les sentiments sans pour autant les dénaturer.

Si elle reste statique, elle enchaîne avec elle le corps, l'Esprit et l'équilibre respiratoire.

Tout le travail concernant le placement de la respiration retrouve ici sa justification en ce qu'il permet de fluidifier la circulation interne des énergies. De ce fait, l'impact émotionnel que l'on a vu naître peut s'associer à l'élan créateur du sentiment en y distillant sa couleur et son parfum.

Le Chant trouve alors à s'épanouir dans l'espace puisque rien ne le sépare plus de sa Source. Et le chanteur s'épanouit avec lui, étant tout à la fois, la Source et le Chant...

Sa Voix s'élève...

Du corps et de l'Esprit accordés, elle s'élève, haut, portant dans les airs leurs rêves de beauté.

Un chant...

Le corps et l'Esprit témoignent de leur métamorphose, de leur harmonie et approchent le sens du mot "Sacré".

"Au commencement était la voix"..., le premier instrument, expression de l'intérieur.

 

Tous droits réservés:  Ravi Prasad

 
  Photographies © Espace Ravi Prasad mentions légales